Témoignage

Virginie Gorgerat, responsable de projet chez Insieme a interviewé séparément un duo composé d'une bénévole de l'AGIS et d'une maman dont le fils est accompagné par cette bénévole. Ces deux témoignages illustrent à merveille l'importance et la complémentarité de ces rencontres.

Témoignage de Mme Patricia V., bénévole à l'AGIS

Pouvez-vous nous dire pour quelle raison vous vous êtes interessée à l'AGIS?

Puéricultrice de formation, j'ai toujours travaillé en lien avec les enfants. Mon Mari et moi avons également éré famille d'accueil pendant 10 ans. Puis je me suis dit qu'une manière de continuer mon activité était de m'engager auprès d'associations diverses, mais toujours en rapport avec les enfants. C'est comme ça qu'un jour, suite à la parution d'une annonce, je me suis présentée à l'AGIS. J'interviens auprès de Tomas et sa maman depuis plus de 3 ans, tous les mardi après-midi.

Que faites-vous du temps passé avec Tomas?

Je l'accueille à son retour de l'école, et nous organisons notre après-midi en fonction de ses envies et du temps. Cela peut être des balades à pieds ou en voiture, ou alors on reste à la maison et on prend le goûter, on chante, on fait des massages.

Sa maman et moi avons la même façon de voir les choses, nous sommes d'accord sur la manière d'aborder les activités avec Tomas. Au fil du temps, j'apprends à décrypter ses mystères, et avec lui chaque petit progrès me paraît extraordinaire. C'est un petit garçon avec qui je me sens bien et qui m'apporte beaucoup de joie.

Pourquoi avoir choisi la formule du bénévolat? Etes-vous satisfaite de ce statut?

En fait, si je devais être payée pour ce que je fais, je ne le ferais tout simplement pas. Ayant la chance de ne pas avoir besoin d'un travail rémunéré, il m'a toujours paru normal et naturel de donner de mon temps.

Le bénévolat permet de ressentir une grande liberté d'action et les relations peuvent librement évoluer vers de l'amitié, ce qui est plus difficile s'il y a rapport d'argent. Avec la maman de Tomas, tout est basé sur la confiance et la complicité. Je peux dire que nous avons toutes les deux de la chance de nous être trouvées.

Témoignage de Mme Solange R., maman de Tomas

Pouvez-vous vous présenter en quelques mots, vous et votre fils?

Tomas est un enfant charmeur, impossible de résister à sa petite bouille. Il est doux mélange de tendresse et de fermeté, de compétences et de difficultés. Quand il nous fait ses grands sourires, il nous montre toute sa présence et son ouverture au monde, auxquelles nous aimerions avoir plus souvent accès. Comment ne pas être touchée par un enfant aussi doux, joyeux et sensible!

En tant que maman, je suis attentive au bien-être de Tomas et toujours enthousiaste à l'idée de lui faire vivre de nouvelles expériences : la musique, le cinéma, l'équitation, la mer, la montagne ou la ville. Les escapades en train, en voiture et en bateau. Les balades à vélo, en trotinette. Les moments de détente aux bains thermaux, à la piscine et surtout les plaisirs gourmands des goûters au chocolat! En vacances, nous aimons nous mettre en "mode boussole", loin des contraintes du quotidien. Nous prenons le temps de vivre et savourons le bonheur d'être ensemble, tout simplement.

En termes de garde, quelle est votre organisation? Quels sont vos besoins? 

Tomas a 9 ans. Il va à l'Ecole spécialisée la Petite Arche et il s'y sent bien. Nous apprécions la qualité et la pertinence de l'accompagnement proposé par la Fondation Ensemble, sans compter qu'il y a une veritable inclusion des parents dans le projet de l'enfant.

Travaillant à temps partiel, j'ai la chance de pouvoir organiser mon horaire de travail pour passer un maximum de temps avec Tomas. Je suis présente tous les matins, pour le départ à l'école et également, quatre après-midis pour l'accueilir après l'école.

Néanmoins, les horaires des écoles spécialisées (9h00-15h30) sont contraignants pour un parent qui travaille. Dans ces conditions, j'ai fait appel à l'Association AGIS pour un soutien à domicile une fois par semaine. Aujourd'hui, et ce depuis trois ans, Tomas et moi pouvons compter sur la présence indéfectible de Patricia.

Depuis quand faites-vous appel à l'AGIS et dans quel but? Comment cela s'est-il déroulé?

J'ai poussé la porte de l'AGIS, il y a de cela trois ans. Mon objectif premier était d'élargir le cercle des personnes de confiance autour de Tomas. Les démarches entreprises jusque-là avec d'autres services de garde payants n'ont pas eu de résultats satisfaisants. Je cherchais une personne de confiance souhaitant s'engager avec Tomas et moi sur le long terme. Madame Alexandra De Coulon, coordinatrice du secteur enfants-adolescents à l'AGIS, nous a présenté Patricia. Dès les premières rencontres, nous avons eu un très bon feeling. La première fois que Tomas est resté seul avec Patricia, en rentrant à la maison, je les retrouvés en train de lire une histoire. Tomas était assis sur les genoux de Patricia, la tête posée contre son épaule. A ce moment-là, j'ai su qu'il se sentait bien avec elle et que tout se passerait bien entre les deux.

Témoignage d'un parent

Je suis la maman de 2 enfants, maintenant adolescents. Léa ma cadette a une maladie génétique très rare et nécessite la présence d'un adulte en permanence.

Courant 2008, en pleines difficultés familiales (divorce et maladie grave) j'ai fait appel à l'AGIS afin d'obtenir leur soutien. Ce n'est pas évident du tout de franchir
ce cap et d'oser demander de l'aide. C'était une démarche très gênante à mes yeux car ce n'est pas dans mes
habitudes d'appeler au secours.

Mais le 1er contact avec l'AGIS a été très positif. Ils ont été réactifs et j'ai reçu la visite à la maison de la responsable du secteur des enfants. Elle a fait preuve de beaucoup d'écoute et d'empathie, d'aucun jugement et chose inimaginable, j'ai obtenu quasi immédiatement l'aide d'une bénévole!

J'ai été bien surprise car je m'étais permis de poser quelques exigences. Je souhaitais si possible l'aide d'une personne bénévole d'une 50aine d'années afin
que je puisse quitter ma maison et laisser Léa en toute confiance.

L'aide précieuse est donc arrivée très vite et au bon moment. C'est Anne, une femme d'un dynamisme incroyable qui est venue à la maison et qui depuis 5 ans traverse Genève les mardis après le travail, quasiment chaque semaine, pour venir jouer durant une heure à la
maison.

 

Au début, Anne restait pour partager avec nous le repas du soir et vous pouvez imaginer qu'au fur et à mesure que les années passent, Anne fait tout simplement partie de la famille.

Je suis même passée cet été dans le Valais rencontrer sa maman qui est une dame très âgée.

Avec le temps, Anne et moi sommes également devenues très proches. Nous parlons beaucoup et toujours dans un grand respect réciproque.

Difficile de parler du bénévolat sans mentionner le lien créé entre Anne et Léa qui est impressionnant, elles jouent beaucoup et sont d'une incroyable complicité.

Je profite de ce moment précieux pour aller marcher une heure et quitter la maison. C'est la règle du jeu, dès qu'Anne arrive, j'enfile mes baskets et je pars me détendre. C'est mon heure de loisir.

A mon retour je les retrouve, quand le temps le permet, en pleine partie de cache-cache dans le jardin mais quand le temps le permet, en pleine partie de cache-cache dans le jardin mais le plus souvent dans un jeu éducatif ou de marionnettes. Les jeux avec Léa sont très ritualisés et Anne s'investit beaucoup dans les jeux scolaires et apporte régulièrement son feedback lorsqu'elle remarque des progrès de la part de Léa. Elle s'était d'ailleurs amusée à lister le nombre de mots acquis par Léa.

L'AGIS a aussi un programme d'activités de groupe et Léa participe à des sorties cinéma et bowling, une fois par mois et entre ados.

Les années passent, je suis en train de surmonter mes difficultés personnelles. J'éprouve moi aussi de plus en plus l'envie de donner de mon temps auprès de ceux qui en ont besoin.

Je m'investis régulièrement auprès d'une association de parents d'enfants handicapés mais dès que Léa sera majeure, j'ai l'intention de m'engager auprès des personnes en fin de vie ou atteintes du cancer. C'est un projet qui me tient à cœur et que j'affinerai sérieusement
dès que j'aurai enfin quelques heures de libres devant moi.

J'aimerais conclure ce témoignage par cette phrase personnelle :

A mes yeux, recevoir de l'aide est un cadeau, pouvoir ensuite la redistribuer librement, selon ses propres envies et la disponibilité du moment, me semble un acte citoyen dans notre société actuelle.

Je profite de cette occasion pour remercier l'AGIS, Anne et toutes ces personnes qui ont cette grande
générosité du cœur et qui nous offrent des bouffées d'oxygène dans notre quotidien.

 

Témoignage d'un bénévole

Patrick V. bénévole à l'AGIS rencontre tous les 15 jours durant 3-4 heures Jean B.
Ensemble ils visitent les musées, les expositions, les monuments historiques et prennent régulièrement le train.

Jean, un ARC EN CIEL de petits bonheurs.

Pourquoi cette allusion avec l'arc en ciel? La réponse en est simple. Comme les couleurs de l'arc en ciel illuminent le ciel lors d'une averse, Jean, lors de difficultés que l'on rencontre dans une vie quotidienne, peut vous apporter une vision lumineuse, heureuse et simple de la vie, de la VRAIE VIE.

Etre bénévole, c'est un partage enrichissant qui permet à chacun, à tous niveaux, de retrouver les vraies valeurs oubliées. Mais revenons-en à l'arc en ciel. Suivons ses couleurs principales pour vous faire partager les petits bonheurs que Jean et moi-même vivons à chaque rencontre.

LE ROSE ET LE ROUGE:

Jean m'a ré-appris l'emploi du mot COMPLIMENT. Un compliment, un mot agréable pour des gestes simples, habituels, à une vendeuse, une caissière, un employé. ROSE comme les joues de cette caissière quand Jean lui a dit tout naturellement "C'est bien ce que vous faites", ROUGE quand il a ajouté "Vous êtes mignonne"!...

LE BLEU:

Jean est un fan des couleurs. Quand nous allons visiter un monument, une exposition, un jardin, il raffole des couleurs et lorsqu'il voit un TGV BLEU passer, alors c'est le grand bonheur ! Ceci pour vous dire que nous devrions plus regarder ce qui nous entoure. Etre ébloui par la beauté du moment présent et ne pas privilégier le gris et le noir, couleurs qui sont inconnues de Jean.

Un dégradé de couleurs: JAUNE/ORANGE/VIOLET:

Des couleurs pour redécouvrir les choses simples de la vie: Une grue de chantier JAUNE qui se détache du paysage, une locomotive ORANGE qui passe à grande vitesse, le VIOLET, couleur dominante d'un vitrail de la cathédrale St-Pierre à Genève, que Jean affectionne. Autant de petits détails qui nous échappent, pour lesquels on s'est lassé mais que Jean me fait re-découvrir.

VERT:

VERT comme AIGUES-VERTES. Le foyer de Jean, SA maison depuis des décennies. AIGUES-VERTES et ses habitants qu'il m'a présentés, AIGUES-VERTES et ses répondants, les collaborateurs qui y travaillent. Jean apprécie et respecte tout ce monde.

Avoir du RESPECT entre personnes différentes physiquement, mentalement, un rappel qui nous concerne TOUS!

Voilà en quelques mots la signification des couleurs principales de l'ARC EN CIEL qui nous unit Jean et le bénévole que je suis.

Au fait, on dit qu'au pied de l'arc en ciel il y a un trésor caché. Ne le cherchez pas, ce serait peine perdue ! Comme l'AGIS m'en a donné l'occasion, passez à l'institution, dites un bonjour à Jean, à ses amis, vous en reviendrez RICHE.

RICHE d'apprécier votre vie quotidienne et de la joie du PARTAGE.